Accueil Lisez notre blog Decembre 2018 Coup de projecteur sur les banques alimentaires – Laurie O’Connor du Saskatoon Food Bank & Learning

Coup de projecteur sur les banques alimentaires – Laurie O’Connor du Saskatoon Food Bank & Learning

Coup de projecteur sur les banques alimentaires – Laurie O’Connor du Saskatoon Food Bank & Learning Centre

Nous souhaitons toujours en apprendre davantage sur les personnes qui travaillent dans les banques alimentaires du Canada! Ce mois-ci, nous braquons les projecteurs sur Laurie O’Connor, du Saskatoon Food Bank & Learning Centre.



Quel est votre rôle dans le réseau des banques alimentaires?
Bonne question! Je ne sais pas si vous voulez que je réponde que je suis la directrice générale ou quelque chose de plus prestigieux! [Dans l’ensemble,] je pense que notre rôle consiste à provoquer des changements profonds, des transformations qui aideront réellement les gens à briser le cycle de la pauvreté.

Décrivez votre journée de travail typique en un mot.
Diversifiée.

Qu’est-ce qui vous a motivée à vous impliquer dans les banques alimentaires?
Mes parents ont participé activement à la mise sur pied de la banque alimentaire de South Porcupine, en Ontario, et c’est pourquoi j’entretiens un lien particulier avec ce travail depuis longtemps. J’ai commencé à travailler au centre d’apprentissage du Saskatoon Food Bank & Learning Centre et je m’y suis attachée. La grande détermination de cette organisation à analyser les causes profondes de la pauvreté et de la faim a toujours été mon point d’ancrage.

Quelle est votre plus grande réalisation dans votre poste actuel?
Je dirais le fait de veiller à ce que notre organisation continue de respecter ses valeurs de respect, d’innovation, de collaboration et de compassion.

Quel est le plus grand défi que vous devez surmonter dans votre poste actuel?
Un défi serait de changer le point de vue général du grand public sur les raisons qui motivent les gens à faire appel à une banque alimentaire, et de briser les stéréotypes qu’ils entretiennent sur les personnes vivant dans la pauvreté.

Si vous pouviez faire un seul vœu pour régler le problème de la faim au Canada, quel serait-il?
Mon souhait est que les gens qui vivent dans la pauvreté aient plus d’argent dans leurs poches. Ça semble simple, mais c’est complexe. Je pense toutefois qu’un revenu de base et un salaire minimum vital constituent d’excellents moyens de voir la lumière au bout du tunnel.

Quel talent aimeriez-vous le plus avoir?
J’aimerais savoir chanter et danser. Je suis parfois trop sérieuse et je pense que ça rend les autres autour de moi un peu mal à l’aise à l’occasion. Si je pouvais chanter et danser pour alléger l’atmosphère, ce serait formidable.

Si vous pouviez remonter le temps et vous donner un conseil à vous-même, quel serait-il?
Je me dirais d’écouter le mieux possible, avec authenticité; de ne pas tenter de trouver des solutions à tout prix, mais de simplement écouter. Trop souvent, nous nous précipitons vers une solution sans tenir compte des conséquences imprévues.

Qui sont vos héros, réels ou fictifs?
Quand je vois des gens vivant dans la pauvreté qui cherchent à donner au suivant, je me sens inspirée. Les membres de la communauté qui se donnent corps et âme à la gouvernance de notre organisme ou au tri des aliments m’aident à rester en phase avec notre travail. Le leadership communautaire, quel que soit le domaine, constitue la véritable force de n’importe quel milieu de vie.

Quelle est votre conception du bonheur?
Plus je vieillis, plus je trouve mon bonheur dans le calme : la contemplation, la lecture, la dégustation de café ou de vin, la tranquillité. Ce sont de petites choses qui me rendent heureuse.

Quelle est votre devise?
Présumer que les intentions des autres sont bonnes et joindre le geste à la parole.

Apprenez-nous un fait inusité à votre sujet.
C’est un peu bizarre, mais je crois que tout le monde le sait : j’aime que les choses arrivent à temps, que ce soit les gens, les projets, les rapports. En fait, je les aime même un peu à l’avance.

Quelle chanson vous représente le mieux?
Toutes celles de Tragically Hip, mais ma préférée est sans doute Grace, Too. J’ai longtemps essayé de vivre ma vie avec grâce.

Connaissez-vous une banque alimentaire ou un acteur du milieu que nous pourrions mettre en vedette dans la prochaine édition du Coup de projecteur? Communiquez avec nous à l’adresse [email protected].


À ne pas manquez!

Faits saillants

tin can

62 %

des denrées distribuées par les banques alimentaires ne sont pas périssables (par exemple:de la sauce pour pâtes alimentaires, des céréales, du riz, du jus de longue conservation ainsi que des soupes, des fruits et des légumes en conserve)