Accueil Lisez notre blog Avril 2021 Le Centre d’alimentation communautaire Peter McKee fait sourire les clients, même en temps de pandém

Le Centre d’alimentation communautaire Peter McKee fait sourire les clients, même en temps de pandém

Le Centre d’alimentation communautaire Peter McKee fait sourire les clients, même en temps de pandémie
Heather Richards, maintenant directrice du Centre d’alimentation communautaire Peter McKee, travaille depuis de nombreuses années auprès des populations vulnérables. Lorsqu’elle a su que le Centre d’alimentation communautaire Peter McKee cherchait des candidats à la direction, elle s’est dit qu’elle devait tenter sa chance, mais ce n’était pas du gâteau. Les cris à l’aide, les larmes de joie et les clients en difficulté faisaient partie de son quotidien au Centre d’alimentation.
 
« Je m’en souviens très bien; j’ai commencé le lundi 16 mars, et l’état d’urgence a été décrété plus tard la même semaine. J’ai dû tout de suite me faire la main, apprendre mes nouvelles fonctions et jongler avec les défis de la COVID. Nous avons mis à l’essai diverses solutions de distribution des denrées auprès de nos clients, jusqu’à ce que nous trouvions la meilleure. Ce qui rendait la situation encore plus difficile, c’était les appels de personnes en crise qui pleuraient parce qu’elles avaient honte de demander de l’aide. Une fois, une école nous a téléphoné. On s’était rendu compte que des familles étaient en difficulté en voyant que la qualité du contenu des boîtes à lunch s’était effritée. L’école a communiqué avec les familles, et nombreuses étaient celles qui avaient peur d’admettre qu’elles avaient besoin d’aide, de crainte d’être dénoncées aux services de protection de la jeunesse pour leur incapacité à subvenir aux besoins de leurs enfants. Cela me brise le cœur. » 
 
Et puis il y a la panoplie de mesures à prendre pour assurer la sécurité des clients et du personnel, qui est toujours une priorité des banques alimentaires.
 
« Le nombre de bénévoles a été réduit pour respecter le nombre limite de personnes présentes au Centre en même temps, ce qui n’a pas rendu la tâche facile, mais c’était nécessaire pour assurer la sécurité de tous et ça, c’est le plus important. »
 
Le Centre d’alimentation communautaire Peter McKee a dû faire preuve d’imagination pour simplifier ses processus à long terme, même au-delà de la pandémie.
 
« Nous avons mis à l’essai de nombreuses solutions pour distribuer les denrées à nos clients tout en faisant des rénovations. Quelques mois après le début de la pandémie, nous avons mis nos idées sur la table et opté pour un modèle de magasinage, et notre décision a vraiment été bénéfique pour nous. En proposant aux personnes un choix de denrées, elles prennent les produits alimentaires qu’elles utiliseront vraiment.  Vu la grande taille de notre immeuble (le gymnase d’une ancienne garnison militaire), les changements de palier de la province n’affectent pas vraiment nos activités. Nous pouvons maintenir la distanciation sociale et l’uniformité pour nos clients. » 
 
Les enfants aiment beaucoup le modèle de magasinage.
 
« Ce que nous aimons vraiment, c’est de voir les enfants entrer et aider leurs parents à choisir les aliments. J’adore voir les visages s’illuminer d’un beau sourire. Nous voulons que l’expérience soit agréable pour tous. Nous leur réservons souvent des gâteries qu’ils ont toujours bien hâte de recevoir. Nous offrons aussi des produits sans gluten et véganes. »
 
Malheureusement, peu de gens savent ce que font les centres alimentaires, et pour Heather et bien des banques alimentaires, la sensibilisation du public fait aussi partie du travail.
 
« Je sais que je ne suis qu’une personne et que je ne peux pas éradiquer la faim moi seule, mais je veux faire de mon mieux pour sensibiliser la communauté et les gouvernements. Beaucoup de gens sont surpris lorsque je leur dis que certaines personnes travaillent à temps plein et fréquentent tout de même les banques alimentaires parce qu’elles n’arrivent pas à joindre les deux bouts. Nombreux sont ceux qui pensent que les banques alimentaires servent uniquement un certain groupe de personnes. Ils ne se rendent pas compte que cela touche les gens de leur quartier et qu’eux aussi pourraient en avoir besoin un jour. Le volet de la sensibilisation est très important pour nous. »
 
Une pensée spéciale pour ceux qui ressentent de la honte à l’idée de recourir aux banques alimentaires.
 
« J’aimerais que le recours aux banques alimentaires entre dans les mœurs et qu’il soit perçu comme une aide occasionnelle. Ce que j’aimerais entendre, c’est : " Je vais à la banque alimentaire parce que j’ai besoin d’un coup de pouce en ce moment. "Les gens ont parfois honte de visiter les banques alimentaires, mais je veux qu’ils sachent qu’il n’y a pas de honte à y avoir, car elles existent justement pour cette raison. N’importe qui peut avoir besoin de cette aide à un moment ou un autre. »
 
Les membres du personnel des banques alimentaires adorent ce qu’ils font, tout particulièrement quand ils parviennent à faire sourire les gens.
 
« Il y a une dame qui vient ici. C’est une personne âgée qui vit seule avec un revenu limité. Elle a des enfants, mais n’a aucun contact avec eux. Lorsque c’est à son tour de venir chercher sa nourriture, elle téléphone pour demander une livraison. Nous collaborons avec d’autres organismes qui offrent la livraison à ceux qui ne peuvent pas venir chercher leur nourriture, et je peux mettre des clients en relation avec eux. Nous avons donc demandé à la dame de contacter un de ces organismes pour organiser sa livraison, mais pour une raison que j’ignore, elle ne semble pas retenir l’information », dit Heather en riant. « Alors, elle m’appelle à chaque fois, et j’ai toujours hâte de discuter avec elle. Je n’essaie même pas de transférer son appel à l’administration. Nous parlons pendant 5 à 10 minutes, et la joie est toujours perceptible dans sa voie. Elle a simplement besoin de parler à quelqu’un. Elle termine toujours l’appel en disant : " Merci de m’avoir parlé; ça m’a vraiment fait du bien. C’est un réel bonheur. " Parfois, je lui envoie un petit mot avec sa commande de nourriture, juste pour apporter un peu de soleil dans sa journée. Pour moi, c’est très réconfortant de savoir que dix minutes dans ma journée ont permis d’égayer la vie de quelqu’un. »

À ne pas manquez!

Faits saillants

apple

40 %

des aliments distribués par les banques alimentaires canadiennes sont des denrées fraîches (lait, œufs, fruits et légumes frais ou congelés, pain, etc.)